il faut un interprète

Pour comprendre le projet de la sorcière Belloubet

“nous devons trouver la voie vers une organisation flexible des enseignements articulant classe hétérogène et groupe réduit pour répondre aux besoin spécifiques des élèves dans certains apprentissages fondamentaux”.

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié apres contrôle.



32 Commentaires

  1. On devrait commencer par faire assoir l’élève sur sa chaise et lui faire fermer sa gueule !
    Ensuite, on enseigne du savoir pas de l’idéologie !

  2. Il faudrait une volonté persistante collée à une ubiquité permanente pour faire ressortir le substantiel message d’une demeurée qui n’a rien à dire rien à proposer et qui hésite sur sa couleur de cheveux.

  3. Elle utilise le jargon de macron pour enfumer le peuple. En son temps Narcisse 1er a déjà déclaré qu’il utilise un langage trop complexe pour notre cerveau, un autre débile macroniste lui a emboîté le pas pour enchérir. Voyez le mérpris de la caste que le menu peuple nourrit. Ceci posé, ceux qui ont un cerveau à moitié mité, pour ne pas dire davantage, sont bien ceux qui recourrent à des circonvolutions de langage parce-qu’ils éprouvent des difficultés à se comprendre eux-mêmes. Point final.

  4. C’est le verbiage habituel des Pédagogols de la “Fabrique du Crétin”. Un humoriste avait en son temps qualifié ce discours d'”Ednat” ! Il citait des moments rares comme “un instrument scripteur” pour un stylo, un “référentiel bondissant” pour un ballon ( le référentiel bondissant aléatoire, c’était pour le ballon ovale ! ), la piscine devenait un milieu aquatique de profondeur stabilisée, l’élève devenait un apprenant que le professeur des écoles ( nouveau blaze pour les instits comme ” technicien de surface ” pour les balayeurs) devait guider dans ses apprentissages. La grammaire, la conjugaison , l’ orthographe étaient rebaptisés ORL (organisation raisonnée de la langue ) Les pédagogols m’ont toujours fait penser aux Précieuses ridicules et Molière se régalerait bien avec les sorties de ce crétins parentés. Ce qui est dommage et scélérat , c’est que ce sont nos enfants qui en font les frais.

    • C’est ça Kayok ! Les « Précieuses ridicules » de Molière et leur « commodité de la conversation » ( fauteuil) ! et tu as oublié le « corps mucilagineux à effet soustractif » ! ( moi je dis
      « gomme » mais je suis ringard !

    • merci de dénoncer toutes ces enfumages sidérants Kayok et vos interlocuteurs.

      Permettez-moi d’aller un cra plus loin. Derrière “Les Précieuses ridicules”, Molière ne condamnait que le ridicule et son propos était d’en rire et d’en faure rire tous les gens de bon sens chers à Descartes.

      Tandis que dans le charabia actuel que vous abhorrez comme nous tous (= les gens de bon sens), il y a tout un sale projet de société, un projet totalitaire et esclavagiste. Ce projet: écarter le peuple des réalités qui font vivre les grands habiles. Ce charabia devient un langage codé pour ceux qui se comprennent entre eux, etce langage sert à éliminer les masses des ressorts réels qu font vivre les “élites” aux dépens des braves gens complètement dépassés par le charabia. Le projet “IA” est une facette de ce processus d’élimination des masses des ressosrts du vrai pouvoir.

      Molière ne s’est pas contenté de dénoncer les Précieuses ridicules. Il ne dénonce pourtant pas le processus de mise à l’écart des masses. Mais i; fait un pas dans ce sens en dénonçant l’hypocrisie (dans les Précieuses Ridicules, il ne dénonce pas l’hypocrie). Dans “le Misanthrope ou l’Atrabilaire amoureux “,ainsi que dans “Les femmes savantes” il dénonce cruellementcette hypocrisie, par exemple, sur Arsinoé, il jette un regard indiscret sur ses rêves X que cache sa pruderie :

      “Elle fait des tableaux couvrir les nudités /
      mais ellea de ‘lamour pourles réalités/ (…)”

      Et dans Les femmes savantes, il dénonce l’hypocrisie d’Armande qui finit par écoeurer son amoureux avec ses amours éthérées, mais qui à la fin, avoue piteusement qu’elle va tout accepter en espérant ainsi ne pas perdre pour toujours cet amoureux :
      “Eh bien, (…) puisqu’il faut des noeuds de chair, j’y consens (etc)”.
      Tout cela pour dire que le charabia a réellement derrière lui une saloperie de projet social qui trahit une haine irréconciliable du peuple. Finalement, ce charabia est là pour étouffer l’intelligence qui est “la chose du monde la mieux partagée”.Les excès informatiques, hélas, donnent eux aussi dans ce piège, par leurs complications parfaitement inutiles..

  5. La traduction est la suivante :

    1) Une organisation flexible, autrement dit, ce sont des groupes d’enseignants contortionistes qui devront se concentrer sur les races de boue qui se fichent éperdument des cours. Et surtout bien faire attention à ce que l’on dit, sinon c’est couic halal.

    2) Groupe réduit:
    Implicitement c’est ce qu’il reste de blancs et assimilés.
    C’est une manière de reconnaître à mi-mots la notion de grand remplacement.
    Ne pas perdre de vue que le groupe hétéroclite fait perdre un temps précieux au second groupe, les réduits.

    Voilà où ils en sont à force de se mettre à quatre pattes devant des sous-races non humaines, à devoir utiliser des éléments de language dont la subtilité ne doit pas dévoiler au commun des mortels les graves problèmes causés par une immigration incontrôlée et imposée par les enfants de putes bruxelloises.
    Culture wokiste oblige, il faut brouiller les pistes dans les déclarations. La “transition démographique” en est un autre exemple.
    Tas de saloperies !

  6. 😮😮💥🙄🙄🙄💥😕😕🙃🙃💥💥
    Elle doit avoir plein de nœuds gordiens dans ce qui lui sert de cerveau…
    C’est INEXTRICABLE, sauf, comme l’a fait ALEXANDRE LE GRAND, à donner un grand coup d’épée sur le tas… OUF !!
    👏👏👏👏😂🤣🤣
    Aussi pénible à regarder qu’à écouter celle-là !

  7. Le but est de constituer des petites classes d’indigènes et si possible quelque blancs encore présent , pour essayer de leur apprendre à lire écrire compter correctement. Peine perdue , en attendant ils ferment des classes en zone rurale pour concentrer les moyens en zone boucak.

    • Les indigènes, c’est nous, les Français de souche. C’est le sens du mot indigène, et pas sauvage.

      Si vous commenciez par cesser de détourner le sens des mots à la manière gauchiste ou bougnoule, hein?

      Les indigènes de France, C’EST NOUS !

      • Le vocable ” d’indigène ” a été crée par des gens qui se revendiquaient d’appartenir à des sociétés évoluées , en l’occurrence nous ( l’Europe ), par opposition à celles qui ne l’étaient pas .

  8. Le discours amphigourique et abscons de cette représentante d’une classe dont la morgue et la suffisance caractérisent bien le mépris qu’elle a vis-à-vis du prolétariat, constitue un frein rédhibitoire à la bonne compréhension du sujet et est destiné à égarer l’interlocuteur.